Zion Canyon to Bryce Canyon Road

Jeudi 3 mai 2018 : Zion National Parc. Utah. USA.

Après une excellente journée (trop courte) dans le Zion Canyon on reprend  la voiture…

Il nous reste un peu plus de 2 heures de route jusque Cannonville.

On s’engage sur the Road UT9 appelée également Scenic Drive 12

Elle traverse la partie Sud du Zion Park et permet de faire la liaison entre Mt Carmel et Springdale, à l’Ouest.

Pour quitter le Zion National Park vers l’Est, on est obligé de passer par le Zion-Mount Carmel Tunnel, un petit tunnel étroit. Et aujourd’hui on n’est pas tout seuls à emprunter ce passage, presque obligé pour éviter de faire un énorme détour.

Le paysage reste grandiose avec toutes ces mesas blanches et oranges (montagnes en forme de table)

Elles sont striées

La Checkboard Mesa est striée verticalement + horizontalement !!!  comme un plateau de jeu d’échecs.

La route s’élargit progressivement

Au loin on aperçoit des sommets enneigés : les Escalantes

Et voici, au détour d’un virage au soleil couchant, d’énormes formations rocheuses dans une oasis

On apprendra plus tard qu’il s’agit de Red Canyon

Des falaises, d’énormes rochers, des hoodoos (cheminées rocheuses) sculptés par l’eau et le vent durant des millions d’années dans du grès orange et rouge…

Dommage qu’on n’aie appris que plus tard que ce site est un super endroit peu touristique plein de petites randos spectaculaires. Une raison de plus pour avoir envie d’y revenir dans quelques années et profiter encore et encore des merveilles de la nature.

C’est pas banal de voir ces pins qui poussent au milieu du désert.

On continue notre périple en direction de Cannonville… tout droit vers un énorme orage… qu’on évitera de peu!

Après un peu plus de 2 heures de route et 150 km, on arrive à notre Motel : le Grand Staircase Cannonville où nous resterons 2 nuits.

Très bon accueil.
On se prend des plats tout faits en dépannage dans sa superette.

On ne se fait pas prier pour tomber dans les bras de Morphée.

L’avantage ,c’est que dans les chambres doubles de motel aux US , il y a 2 grands lits (king size) et c’est bien suffisant pour nous 5 !

Vendredi 4 mai 2018 : Cannonville. Utah. USA.

Hier soir le gérant avait dit à Dame Glück : “il n y a pas de petit déjeuner inclus, mais vous avez à disposition des toasts, café thé, et chocolat chaud” . Euh… mais… C’est plus qu’il n’en faut pour nous pour un petit dej !!! 🙂
Le petit déjeuner du motel est top, on mange costaud car on a bonne journée de marche devant nous.

La météo est idéale ce matin : un peu frais (on est quand même sur un plateau à 1800 mètres d’altitude) avec grand soleil

On ferait bien le plein avant de partir du motel mais ses pompes sont HS

Ici les chevaux vivent en paix dans ces grands espaces

Au loin les falaises de l’Escalante et du Grand Staircase-Escalante National Monument (GSENM pour les intimes) protègent une immense zone presque vierge au Sud de l’Utah et  l’un des plus grands parcs des États-Unis. Un objectif de futur voyage car on n’a pas prévu de l’explorer cette fois.

Prêts pour reprendre la route : direction Bryce Canyon via l’UT12 Road

Comment faire pousser dans le désert : H2O en pulvérisation

Une oasis au  milieu d’un paysage lunaire

On fait notre premier plein dans une station service, et c’est pas simple . Il faut un zip code, euh… c est quoi ? Bon, on se fait aider. On pensait que c’était hors de prix car c’était affiché 3,20 dollars mais en fait ce n’est pas par litre mais par gallon (environ 3,8 litres). Aux US le carburant est vraiment bon marché car très peu taxé.

En moins de 10 minutes le paysage change radicalement

Pas de doute on est bien au Far West.

Un cerf hémione vient nous dire bonjour au bord de la route

Après 25 km on arrive au Bryce Canyon National Park Visitor Center. Entrée grâce à notre pass, il va être vite amorti celui la ! Cette fois on y rentre avec notre voiture et c est pas plus mal car on apprendra le lendemain que la shuttle ne dessert que les points de vue principaux et pas celui au bout de la route (à 18 miles de l’amphithéâtre) qui est pourtant très beau

 

On va se garer 2 km plus loin au Sunrise Point.  On est prêts pour démarrer la balade du Queen’s Garden Trail. ça va être le moment de partir à l’aventure les gars !

Zion National Park sans le Trail des Anges !

Jeudi 3 mai 2018 : Zion National Parc. Utah. USA.

Nous voici à l’entrée du Parc National de Zion

On monte dans un bus navette gratuit.

Zion Canyon Shuttle remonte Zion Canyon sur une petite route au fond du canyon en empruntant la Zion Canyon Scenic Drive.

Three Patriarchs (Abraham à 2 130 m, Isaac à 2 080 m et Jacob à 2 082 m)

C’est super pratique, écolo et ça évite les embouteillages de voitures et préserve cette magnifique vallée verdoyante, creusée par la Virgin River.

Le Zion Canyon Shuttle dessert tous les points de départ de randonnées.

Il nous conduit directement au dernier arrêt en 45 minutes soit 9 miles  (le n°9  Temple of Sinawava) tout au bout de Zion Canyon.On

On est au pied de parois verticales vertigineuses

On a prévu de commencer par faire une jolie randonnée facile, le Riverside Walk

Pas question pour nous de faire la rando de la mort, surtout avec nos 3 zozos….

Angels Landing Trail est LA randonnée de Zion National Park (très difficile 450 mètres de dénivelé)
Regardez bien la photo ci-dessous : on voit des gens en tout petit sur la dernière portion du sentier, longue de 1 kilomètre, qui suit une crête étroite (2 mètres de large par endroit). Ils ont 300 mètres de vide de chaque côté et vont rejoindre Angels Landing, un promontoire (1763 mètres) qui donne une vue à 360° sur le canyon, une des plus belles de l’Ouest-Américain. Lors de ces 20 dernières années, 13 personnes sont décédées (chutes) en tentant de réaliser cette randonnée…

Elle n’est vraiment pas conseillée pour les personnes souffrant du vertige et pour les jeunes enfants.

Alors nous on va rester sagement au fond du canyon 😉

Un monsieur propose de nous prendre en photo tous les cinq.

C’est un couple de canadiens du Québec (chicoumi?) qui fait un road-trip en van depuis chez eux.

Ils sont bien sympas, très gentils et bienveillants avec nos enfants et on discute un bon moment.

Alex a repéré une petite canaille un peu plus bas…

C’est un écureuil

Les enfants sont heureux comme tout : ils courent dans tous les sens et grimpent tant qu’ils peuvent sur tous les rochers.

Le sentier longe la rivière au fond du canyon.

Et ce canyon devient de plus en plus étroit.

La balade est agréable bien qu’il y ait beaucoup de monde.

On croise plein d écureuils vraiment pas farouches.

On commence à avoir la dalle : on se trouve un chouette rocher un peu à l’écart du monde pour pique-niquer.

Et là on se sent proche du bien-être absolu !

SAUF que rapidement les autochtones nous font  comprendre qu’on est sur leur territoire !!!

 

Et ces petits coquins comptent bien monnayer notre présence ici contre un bout de notre casse-croute !

On trouve alors un compromis avec eux et tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes ! Mais hors de question de les nourrir.

En video :

On continue notre escapade jusqu’au bout du sentier, les pieds dans l’eau de la Virgin River.

Ici c’est l’entrée des Narrows, une zone étroite du canyon.

Et maintenant demi-tour.

On revient au point de départ Temple of Sinawava (2 miles ou 3.2 km aller-retour) et on reprend la navette

Pour s’arrêter à l arrêt numéro 7 et faire le Weeping Rock Trail. Dans le bus nos voisins ont des jumelles bébé, hyper souriantes et un grand garçon de l’âge de Loïc qui est épaté par son chapeau Spiderman et lui chante le générique de l’araignée, les classiques sont interculturels 🙂 !!!

On s’enfonce à pied dans une végétation luxuriante jusqu’à la petite grotte ouverte là-bas

C’est une toute petite balade aller-retour jusqu’à Weeping Rock, une grande alcôve sous un petit rideau d’eau

“Oh… il pleut 😀 ” , ça amuse bien les petits.

On reprend la navette vers l’arrêt 5 ( Zion lodge) pour affronter le Lower Emerald Pool Trail.  

Un grand moment de fraternité

Les enfants voient dans la roche une empreinte de pied géante, ça les fait bien rire !

On chemine sur un petit sentier en dévers au dessus de la Virgin River et de la partie basse de Heaps Canyon

Le sentier passe sous une très belle arche de grès orangé avec un mini-rideau de pluie, plongeant de l’autre côté du sentier dans une piscine naturelle (un peu à sec).

On n’a plus le temps monter plus haut vers les Upper Emerald et on pense que les enfants ne tiendraient pas. Donc en théorie, il serait raisonnable de revenir sur nos pas, mais on a bien envie de continuer car plus loin ça a l’air sympa.

Bon allez ! Au lieu de faire demi-tour on tente le coup par une variante et on prend quand même la suite. Alors on s’engage sur un petit sentier à travers une faille. Direction le Kayenta Trail !

Chemin un peu étroit mais magnifique : on surplombe la vallée et la rivière.

En bas  : The Virgin River

Nous voici arrivés à la route à The Grotto (arrêt 6). On attend un moment le bus. Il tombe comme de la neige.

En fait c’est une sorte de coton qui tombe des arbres.

Il commence à se faire tard. On repart en navette jusqu’au Visitor Center.

Il est déjà 18h30 et Victor s’est endormi.  Dame Glück doit le porter jusqu’à la voiture.

Dès qu’on arrive à la voiture Victor se réveille, évidemment…
Il nous reste un peu plus de 2 heures de route jusque Cannonville pour rejoindre notre motel, le grand Staircase ,où nous resterons 2 nuits.

En video :

On quitte Las Vegas en direction du désert

Mercredi 2 mai 2018 : Las Vegas. Nevada. USA

Loïc se réveille pour vomir à 5h du matin, on le douche et on réchauffe, il n’est vraiment pas bien !

Au lever du jour, on fait les sacs et on petit-déjeune dans la chambre.

Au Check out, on ne passe pas inaperçus avec les enfants et nos gros sacs à dos.

Un vigil nous demande (gentiment) où on va, on lui explique qu’on fait un Tour du Monde et qu’on a séjourné quelques jours ici avant de démarrer un road trip dans les grands parcs. Il a l’air enthousiaste et nous
souhaite un bon périple.

On prend le bus devant notre Hotel Circus Circus

Mais d’un coup en montant dans le bus une bonne femme agressive vient chercher des noises à Dame Glück soit disant qu’on a bousculé son bébé alors que c’ est elle qui a donné un coup de cosy dans le dos de Dame Glück. Comme on ne comprend rien à ce qu’elle raconte, on l’ignore. Mais apparemment elle continue à s’énerver et voudrait des excuses. Glück les fait (à la place de Cécile qui peste ) mais bon …. c’est abuser!!!!

Après 10 minutes de trajet sur le Strip, on descend à l’hôtel Harrahs où on doit récupérer notre voiture de location.

Pas simple de trouver l’agence de location à l intérieur de l hotel,  et l’employée ne fait aucun effort pour se faire comprendre  de Glück. On part donc à l aveuglette  à la recherche de la voiture dans le parking ( qui est énorme et sur plusieurs niveaux ….bah oui, sinon ça serait trop simple !!!)

Personne pour faire l’état du véhicule ….  Alors on filme la voiture sous tous les angles pour être certain qu’il n’y aura pas de lézard au retour

Et on se met en route à bord de notre Chevrolet (comme Opa et Oma !!!!).

Au bout d une demi heure, Loïc vomit encore. On s’arrête dans un Burger Kingpour qu’il puisse aller aux toilettes,  et on en profite pour manger meme si on n’a pas vraiment faim.

On quitte  la ville de Las Vegas, à travers des friches industrielles et très vite le désert

 

Loïc va à peine mieux

dans le rétro….

des mastodontes

C’est rigolo cette autoroute en plein désert avec une circulation de poids lourds assez soutenue

On traverse des paysages magnifiques, l’Arizona puis l’Utah.

C’est tout droit, toujours tout droit …

On change de fuseau horaire : on perd une heure

Après la traversée des plateaux  désertiques  la highway passe dans une “faille” entre les montagnes: c’est plus vraiment tout droit !

Musique à fond !!!!

en vidéo :

 

Petite pause au sommet du col pour se dégourdir les jambes au milieu des rares cactus

 

Les nuages approchent… On reprend la route

La circulation est dense sur cette autoroute du désert

Arrivée au motel à Hurricane (Rodeway Inn) après 250 km de highway et premier contact un peu spécial avec les gérants. En fait c’est juste qu’ils ont un accent terrible

Loïc a encore une grosse diarrhée, on le douche et on lance notre grosse lessive.
Il pleut et ça caille !

On n’a pas trop envie de se faire un restau. On sort en espérant trouver 2 ou 3 bricoles dans une épicerie mais on tombe sur un grand supermarché encore ouvert. Une aubaine cette petite ville étape de Hurricane (20000 hab).

On se fait donc un super ravitaillement

On rentre et on se fait le repas, des pâtes et des fruits, des fruits, des fruits !

Le lendemain, Jeudi 3 mai : Hurricane. Utah. USA

Aujourd’hui on part à l attaque du Zion National Park

On a un peu de mal à se lever. On se débrouille quand même pour ne pas rater le petit déjeuner, qui est topissime : gaufres , muffins, yaourts,céréales, pain grillé à volonté….

On se met en route vers 10h30 après avoir acheté à un prix exorbitant des bouteilles d’eau à la station service (le gallion c’est 3,78540967 litres, et c’est vraiment pas pratique à transporter en randonnée !). La caisse enregistreuse est en panne et ça panique la vendeuse dont les 2 neurones ne se connectent pas.

Et c’est parti pour un mini road trip sur une magnifique petite route.

On aperçoit les sommets enneigés au loin.

On traverse quelques jolis petits villages boisés

On arrive à l’entrée du Zion National Park, ça bouchonne !

On se met au parking près de l’entrée (à côté des pompiers) c’est  20 dollars la journée quand même !

Et on achète la précieuse carte” America National Passé qui pour 80
dollars donnera à toute notre famille l’entrée à tous les parcs nationaux pendant un an, une bonne affaire ! L’employée qui nous la vend est chaleureuse et joviale.  ça fait du bien de voir des gens souriants.

Dans le parc, une navette gratuite dessert tous les points de vue et départs de randonnées. C’est super pratique.

La vidéo :

 

Sin City by Night

Mardi 1er mai 2018 : Las Vegas. Nevada. USA

Aujourd’hui on fête nos 19 ans de mariage à Las Vegas !

On avait pour projet de profiter du parc aquatique de notre hôtel  mais il fait gris et la pluie tombe sur le désert

et un énorme orage éclate. Donc la structure est fermée

Le matin , on travaille notre itinéraire/ réservations et  blog à la chambre .

Repas au Mc Do (et oui encore ! Ça fait 3 fois en 3 jours mais c’est vraiment le meilleur rapport qualité-prix du coin, comme ici on n’a pas possibilité de cuisiner nous même)

On passe donc l’après-midi à profiter des attraction du Circus Circus. Notre hôtel casino est vraiment le plus familial de Vegas avec plein d’attractions pour occuper nos 3 marmailles.

On se croirait en pleine fête foraine. C’est parti pour une course de chevaux !!!

On s’installe dans le cirque pour assister à un petit spectacle
d’acrobaties.

En video :

 

Les 3 casinos de l’hôtel se remplissent peu à peu

On retourne se reposer  à la chambre, on grignote un peu. Puis on ressort pour aller voir le Strip by Night !

En attendant le bus , une dame vient nous offrir des fleurs qu’elle a tressées en feuilles de palmiers.

On commence par refuser, pensant que c ‘est pour nous tirer quelques dollars.

Mais non, elle me rassure bien vite, c’est gratuit, un geste purement désintéressé, on est à nouveau ébahis par la bienveillance des gens ici !

On attend le bus

Dans le bus, ambiance nettement moins clean que la journée. Et en plus, il se met à pleuvoir!

On passe devant le Hard Rock Cafe sous l’eau

On descend en face du Louxor Hotel pour le coup d’œil 

Mais comme il pleut on reprend vite le bus en sens inverse. On passe devant le New York New York Hotel avec son château de Mickey

La Statue de la Liberté et L’Empire State Building

Et 30 secondes plus tard retour à Paris

On descend ici. 

Concerts sous la Tour Eiffel

Les Strip Tease de Paris à Vegas

Glück se fait rappeler à l’ordre : interdit de photographier les gogo-danceuses !

Le décor est pas mal mais ça ne nous touche pas, parce que c’est juste de l’imitation, rien d’extravagant et de fou comme on attendrait de Las Vegas

Une clientèle de vieux coincés, rien de fun ici !

A la sortie, on croise un gars qui ouvre la bouche et ce sont des miaulements qui sortent, encore un qui doit avoir un bon coup dans le nez !

On traverse le pont du Strip en direction du Bellagio Las Vegas in Las Vegas.

 

C’est l’hôtel-casino le plus impressionnant 

 

 

On admire le magnifique spectacle des fontaines

En video :

Puis on décide de rentrer. Attention de ne pas confondre les bus et les camions a putes !!!!

On passe devant le Caesar Palace

Le Venetian

Guardian Angel Cathedral

On retrouve notre hôtel

Et bizarrement, on n a même pas l’ envie ni le courage d’aller boire la fameuse margarita dont on a parlé toute la journée ! On reste coocooner dans notre chambre sur un tapis de petites pièces de Laq

Attention aux scorpions…

Et autres arachnides !!!!

Good night  Vegas !!!!

map

Les videos :

 

Welcome to Sin City !

Lundi 30 avril 2018 : Las Vegas. Nevada. USA.

Matinée piscine (qui est glaciale aujourd’hui) à l’hôtel Circus Circus

On mange vers 15h00 au Mc Do (on avait besoin de flemmarder aujourd’hui)

Et… en route pour une grande balade à pied le long du fameux Strip  long de 7 km (la grande avenue des casinos)

Encore encore encore !!! On veut encore explorer cette belle planète

De gauche à droite : Sky Tower Las Vegas Condominiums, Stratosphere Las Vegas, et Riviera Hotel Casino

Encore at Wynn Las Vegas brillant au soleil

Une succession d’hôtels tous plus fous et démesurés les uns que les autres avec leurs casinos et leurs spectacles

Ecrans publicitaires géants

The Palazzo

The Mirage avec son spectacle sur les Beatles au Cirque du Soleil

Treasure Island Hotel and Casino

Pas mal de SDF mais on ne se sent pas en insécurité. Les américains semblent avoir l’habitude de s’entraider.

On y rencontre Iron Man et ses potes de Marvel

Captain America, Hulk, Thor…

Les machines à sous délaissées en semaine à cette heure-ci

Ainsi que les paris sportifs

Un peu plus de monde à la roulette

Ambiance pirate des caraïbes mais pour adultes

On traverse le Strip sur la passerelle en direction de… Venise ????

The Venetian est un hotel casino qui recrée l’ambiance de Venise… américanisée

Le pont du Rialto en mode béton

C’est un peu spécial… les gondoles  sur une… piscine. WTF ??? ?

Avec le Palais des Doges. C’est kitch mais plutôt joli et rigolo

Le Campanile di San Marco est même reconstitué avec la Colonne de San Teodoro !

Allez on va traverser le pont du Rialto !!!!

Bon pour remplacer les canaux quelques trompe l-oeil en posters par-ci par-là ,ni vu ni connu..

A l’intérieur, il y a même des plafonds reconstitués !

On rigole bien ici !

Harrah’s Las Vegas Hotel & Casino

Legoglück est d’accord avec son docteur : “Hips”

Eh Calamity Glück !

On fête nos 18 ans de mariage avec Elvis (un peu décrépi le gars)

Et il a la main baladeuse le gros coquin !

La triste réalité (au téléphone) devant la promise virtualité (l’affiche)

Des girls en cuir-latex posent avec les touristes pour quelques dollars. Les nanas proposent à Glück un essai photo. ça fait rigoler Dame Glück !!!!

Black Jack ?

On approche d’une énorme grande roue.

Victor est cramé et Dame Glück a les bras de Popeye

Les vendeuses sont aguicheuses à Vegas

 

Dès le milieu d’après midi, les passants ont l’œil brillant et le rire niais, en déambulant avec leurs énormes verres de cocktails à la main.

La danse des nymphettes bourrées

On ne va pas mourir de soif !

Vos papiers SVP !

Lancer de pong pour les soiffards

The Palm

Caesars Palace Las Vegas Hotel and Casino

Les anges gardiens de la ville

La Tour Eiffel made in US !!!!

Les Copines de Pigalle ?

L’Art à la Française ?

Les Brésiliennes du Bois de Boulogne ?

La gastronomie française

Les terrasses parisiennes

 

The Cosmopolitan of Las Vegas

Le jour tombe et on commence à fatiguer. On va prendre le bus pour renter à notre hôtel, c’est plus sage.

Petit stop au seven eleven pour un petit ravitaillement. L’eau est beaucoup plus abordable qu’à l hôtel mais la nourriture reste très chère.

Aerial view of Las Vegas strip at sunny summer day on July 26, 2018 in Las Vegas, Nevada. Las Vegas is one of the top tourist destinations in the world.

map

 

 

 

 

 

Las Vegas : Le Joyeux Monde du Circus Circus

Dimanche 29 avril 2018 : Las Vegas. Nevada. USA

Le taxi arrive l’Hôtel Casino Circus Circus

C’est ici qu’on descend

On arrive dans l’énorme hall d’accueil et on peut dire qu’on n’est pas tout seuls

Arlequin nous observe

Au Check in , Mr Glück négocie et réussit à faire annuler une des 2 chambres réservée par booking inutilement. Chouette, des économies! On va en avoir bien besoin, car si les chambres sont plutôt pas chères, tout le reste de ce qu’on consomme, ça pique ! Plus de 4 dollars la bouteille d’eau de 1 litre !

Les enfants courent dans tous les sens dans ce labyrinthe aux longs couloirs. Loïc : “on se croirait dans un bateau”

Nous voici installés dans notre chambre luxueuse. Avec une magnifique vue sur la ville   

et sur les montagnes du désert du Nevada

Les loulous ont déjà repéré le parc aquatique de l’hôtel

Allons donc profiter des jeux aquatiques !!!!

Malheureusement, le grand toboggan est fermé car il y trop de vent

Mais les autres jeux sont ouverts et on va se régaler 

L’eau est gelée mais ça ne nous arrête pas.

Les enfants s’amusent comme des petits fous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Derrière la piscine : le dôme du Circus Circus.
Allons voir un peu…

Dans ce grand dôme, on découvre les manèges géants, grand 8 et compagnie ! Cet hôtel est un vrai parc d’attraction.

Le casino du Circus Circus !

On est dimanche soir et les touristes présents ce week-end ont quitté Las Vegas.

La nuit tombe sur Vegas

Construction de Laq dans la chambre

On mange les restes du resto mexicain

Puis on va offrir des glaces aux ours. Vu les prix  (30 dollars de
glace) c’est un vrai luxe.

Il est temps de faire Dodo…

En video :

 

En video :

By Day

 

 

Première nuit un peu bizarre à Las Vegas

Dimanche 29 avril 2018 : Las Vegas. Nevada. USA

On se lève après une nuit un peu stressante dans ce logement partagé avec un gars  bizarre. Pas de clef pour fermer la chambre. N’importe qui aurait pu rentrer .

Les enfants eux sont apaisés ici. Ils ont besoin de repos après nos péripéties cubaines. On fait ce qu’on a à faire sur internet, notamment réserver des nuits dans un hôtel pour notre séjour à Sin City.

Impossible de faire une lessive malgré la machine annoncée, car elle était pleine de linge mouillé 🙁

Sieur Glück part à la découverte du quartier.

C’est résidentiel et même plutôt chic.

Un véritable oasis au milieu du désert du Nevada

Il y a même une piscine pour les habitants du lotissement.

D’abord aller chercher le petit déjeuner à pied au supermarché du coin. Les prix piquent un peu !

Et pour le déjeuner : pas trop le choix vu que la cuisine est inutilisable, donc des burgers à emporter au McDo du coin.

14h00 : Voilà une fille qui débarque dans la maison. Elle a eu du mal à trouver les lieux elle aussi. On lui souhaite bonne chance.
Puis on part avec nos sacs à dos et on se retrouve sur le parking du centre commercial, car nos téléphones sont HS ici.
On voit une voiture de police et on va demander où on peut trouver un taxi.

Les policemen ont l’air affolé de nous voir là si peu organisés avec nos 3 petits garçons et nos sacs à dos . On ne colle  pas vraiment à  l’image de la clientèle de Las Vegas
Ils nous appellent un taxi et nous demandent si on a bien l’argent pour le payer , “ parce que c est pas gratuit, hein …” On ne passe pas inaperçus avec nos sacs à dos poussiéreux, nos fringues usées, nos cheveux en bataille,…
Puis ils regardent les enfants d’un air inquiet : “c’est vraiment pas prudent de vous balader comme ça ici !”
Nous : “pourquoi c’est dangereux ?”
Eux : “Oui très!”
L’un d’eux nous tend de la crème solaire “Tenez il faut en mettre car le soleil est dangereux pour la peau!”
Ils nous  conseillent d’être prudent avec nos trois enfants car il y a de la circulation et la chaleur pourrait nous donner une insolation.

OK, nous voilà rassurés : si ce n’est que çà, on en a vu d’autres !

Avant de partir, ils nous recommandent  avec un sourire et un clin d’œil de surtout ”  dépenser beaucoup d’argent le soir aux casinos ! “

Puis ils nous disent de nous mettre à l’abri de la chaleur dans ce restau mexicain en attendant l’arrivée du taxi dans 20 minutes, ils ont négoci” avec le responsable

Le taxi arrive. On sort. D’un seul coup la serveuse nous appelle. Elle nous dit:
– Je suis en train de préparer votre repas et vos boissons.
– Mais… on n’a rien commandé !!!
– Dont worry nous dit-elle, tout est déjà payé !
Elle nous explique que des clients qui nous ont vu et ont dû nous penser en difficulté en train d’errer avec nos sacs à dos et nos enfants en pleine chaleur. Ils nous ont offert le repas, sans même nous faire connaître !
Incroyable !!!! Ils l’ont fait discrètement juste comme ça pour nous aider sans rien attendre en retour.

Welcome to USA !

On est à des à années lumière de la Havane où personne ne nous a aidé à part  notre  taximan

Décidément , voyager  remet en question bien des clichés !
Peut-être qu’aux USA les gens sont bien plus humains que ce qu’on  imagine,  nous européens !

Allez Go Go Go direction Le Strip, la grande avenue pleine de casinos en plein centre de Vegas !

Des drapeaux américains partout.

Des pubs immenses comme pour cet Avocat Spécialisé en Dommages Corporels aux dents bien blanches et au sourire carnassier.

Des annonces de spectacles

Des hauts buildings chics

Le casino hôtel de la famille du Président des USA… avec les affiches de ses fans girls

Un peu too much !

Des affiches coquines

Voilà à notre hôtel : Le Casino Circus Circus

Quitter Cuba pour les USA ? Pas sûr que ce soit possible avec le Blocus US. Suspense à la police des Frontière US de Charlotte…

Samedi 28 avril 2018 : Aéroport de La Havane. Cuba

On attendait tant de Cuba et pourtant notre rêve s’est effondré. C’est notre première mauvaise expérience depuis 9 mois de voyage. Le mythe est tombé, faisant place à la triste réalité : une misère terrible et une population désespérée. Ce n’est pas la première fois que nous sommes confrontés à cela mais à Cuba c’est impossible de voyager en autonomie avec des enfants. Trop de contraintes d’Etat et plus aucun plaisir.

Ici, personne ne nous a aidé quand on est tombés en panne de voiture au milieu de la rue avec nos enfants qui pleuraient, où il y avait des émeutes la nuit, où on nous bousculait pour nous réclamer de l’argent en CUC la monnaie convertible (pas celle du peuple), où en dormant chez l’habitant il ne fallait jamais ouvrir la porte à 5 verrous si quelqu’un frappait, où on nous disait que les rues étaient sûres mais les gens se battaient sous nos yeux et ramassaient les blessés, où personne ne souriait à nos enfants,… en dehors d’ un taximan qui  nous a pris sous son aile et nous a aidés pendant 2 jours. Juste comme ça. Voyager nous instruit et peut détruire nos illusions. Le Monde n’est pas toujours celui qu’on croyait; il est plein de surprise, cruel et beau à la fois.

On a donc décidé de quitter Cuba bien plus tôt que prévu, en espérant pouvoir aller aux USA malgré le blocus contre Cuba.

Notre destination provisoire “étape obligatoire” pour rentrer aux Etats-Unis sera  : le centre de la police des frontières à Charlotte en Caroline du Nord

On est fatigués, épuisés, stressés…

mais heureux !

Pas sûr du tout qu’on puisse rester aux USA car en théorie depuis un an avec le bloqueo contre Cuba, il est interdit de rentrer aux USA après avoir séjourné à Cuba sans une des 10 raisons valables autorisées par les USA. Mais on a une raison valable…

On touche le but, notre avion est là

Une demi heure après : yesss on est dans l’avion qui nous emmène à Charlotte!

Adios Cuba !

On survole le Golfe du Mexique avec ses ilots paradisiaques et ses atolls

On atterrira dans un peu plus de 2 heures, sachant que tout va se jouer à ce moment là…

On passe au dessus de la Floride, de la Georgie, et de la caroline du Sud

Plein de lacs et de golfs. D’ailleurs je crois que ça s’appelle Lakeland, on est proche d’Orlando

Des lacs de toutes les couleurs

On approche de Charlotte

Curieux cet îlot de grattes-ciel perdu au milieu de la verdure

On atterrit au bout de 2heures, sachant que tout va se jouer maintenant

La tension monte. On se dirige vers la Police des Frontières. Pourra-t-on rester aux USA ?

On sent l’aéroport ultra rodé malgré l’afflux massif de passagers en provenance des 4 coins du monde.  On est rapidement aguillés, dispatchés. Zéro attente. Efficacité maximale

Les employés de l’aéroport  anticipent nos questions quant au connexion flight et bagage drop. On a juste à récupérer les sacs sur un tapis et à les déposer dans un bac à la porte suivante, facile…

On approche de la Police des Frontières

On n’en mène pas large. On fait profil bas et on dit aux enfants d être
calmes. Hum ce serait bien la première fois depuis qu’on voyage.
On est dirigés vers une femme sévère qui nous demande sèchement jusqu’où on va, pour quoi faire et nos emplois respectifs. Sur nos passeports il y a les tampons de plusieurs  pays pas vraiment friendly pour les américains : Russie, Chine, Cuba,…

Elle se déride un peu en voyant les enfants et finit par nous souhaiter un
nice trip tout en tamponnant nos passeports, on en pleurerait de soulagement ! A nous les USA !!!!

Nous voilà en salle de transit

Notre destination : Las Vegas.
On est déjà tout près de notre porte d’embarquement

Bon, c’est pas tout ça mais on n’a rien mange de la journée et comme on a 3 heures d’attente devant nous, on va se poser à une table ou on commande de bons gros burgers. Ben oui, pour rappel on a eu plutôt faim à Cuba !

On est heureux et on sait qu’on a pris la bonne décision. On va se plaire ici aux USA malgré les clichés  qu’on a pu entendre .

Les enfants ont besoin de se défouler.

 

En video :

Cerise sur le gâteau, dans la zone où on mange on a le wifi gratuit !
On se connecte sur booking et oh surprise, le l’Hôtel Casino Circus Circus est dispo pour les 3 nuits après celle de notre arrivée.
On hésite à réserver car rentrer la CB sur un restau wifi public, c est franchement bof… Mais on tente une dernière chose, aller dans notre réservation initiale  et  juste modifier  les dates .et …. ça marche !!! La chance est de nouveau avec nous . On a 3 jours pleins de répit pour organiser notre séjour américain, et  en plus à un super prix ! On se détend un peu

On va prendre notre dernier avion de la journée, celui qui va nous emmener à Las Vegas, ou Sin City 😉 !

Au revoir la Caroline du Nord et sa verdure !

Loïc est un peu pénible  pendant le vol, les gens autour de nous ralent et lui crient dessus, ça nous fait bouillir. Un peu moins de 5 heures de vol.

Bonjour le désert ! Avec ici une énorme réserve d’eau : Le Colorado et son lac en amont du barrage Hoover

Le soleil se couche et Sin City est déjà illuminée de 1000 feux

On arrive dans l’aéroport

On ne passe pas inaperçus avec nos sacs à dos poussiéreux, nos fringues usées, nos cheveux en bataille. Une dame étonnée de nous voir avec nos 3 sacs à dos et nos 3 enfants sans valises s’étonne et nous demande si on compte rester dans les casinos de la ville ou si on va camper dans le désert 😉

Ben on va commencer par les casinos 😉
D’ailleurs dans l’aéroport il y a plein de machines à sous ! Mais nous on ne fait qu’observer

On est à des années lumières de l’ambiance de La Havane quand la ville a subi des émeutes toute la nuit sous nos fenêtres. On est loin de l’insécurité de ces élections cubaines.

On prend vite fait un taxi de nuit après avoir récupéré nos bagages
Le chauffeur est un gros con qui ne conduit pas prudemment. Après 20 minutes de course folle, il nous abandonne au beau milieu d’un lotissement résidentiel sans s’assurer qu’on est en sécurité ni savoir si on va pouvoir y rentrer ou non vu qu’on a pas réussi à contacter la propriétaire…

On sonne à la porte. Pas de réponse et porte close.  Nos téléphones portables ne fonctionnent pas ici car on n’a pas de carte SIM américaines. On toque à la porte de l’étage du dessus. Heureusement une dame nous ouvre. La voisine (une mamie cubaine !) est hyper sympa et connait notre logeuse. Elle l’appelle. Ouf elle nous donne le code de la porte et on peut rentrer.
Mais une fois à l intérieur, pas de notice donc pas de wifi  🙁

on retourne chez la mamie mais la proprio a coupé son téléphone cette tarte, sans même s’être assurée qu’on était bien rentrés dans l’appart. On est très loin de l esprit Airbnb qu’on rencontre dans les autres pays .

Côté cuisine, pas de casserole et c’est pas nickel.

On se débrouille pour faire un peu de riz à la poêle

Puis on se détend un peu quand… la porte s’ouvre…
et un inconnu (un gus) rentre !

Ah oui, c’est un logement partagé mais ça surprend quand même !
Le guy est un peu bizarre… il a l’air drogué…
Par contre , la bonne nouvelle c est qu’il a le code du wifi.

Bon on va pas s’éterniser. Au dodo dans une chambre sans porte qui ferme

Vidéo :

Cuba nous voilà… ???

Vendredi 27 avril 2018 : La Havane. Cuba

Lever tôt après une mauvaise nuit. Glück se demande si on a fait le bon choix. Il a des remords. Est-ce vraiment raisonnable de quitter La Havane en voiture pour découvrir Cuba pendant 15 jours alors qu’on n’arrive à rien réserver en touriste indépendant ?
On petit déjeune avec le doute en nous.

On a préparé nos sacs de voyage. Le proprio arrive. Il est toujours aussi mielleux, tactile et faux-cul. Il tient à tout vérifier tasse par tasse, assiette par assiette pour notre check out. Un vrai maniaque.

Pendant ce temps Glück quitte l’appartement 

Et marche jusqu’à l’Hôtel Iberostar Parque Central

pour se rende  à l’agence de location de voiture

Au lieu de la Volkswagen qu’on avait reservée, Glück se fait fourguer une voiture chinoise: une Geely GC6

Basique mais pas si mal en fait

ça va elle roule bien ! Il récupère le reste de la famille Glück en bas de notre immeuble

Puis Glück file dans la galerie commerçante de la epoca pour acheter un sac qu’il a repéré la veille pour remplacer le sac rouge ,qui au bout de 9 mois de voyage a rendu l’âme. Mais apparemment c’est compliqué, celui la n’a pas de code barre et la vendeuse doit retourner tout le magasin pour trouver le prix en CUC. Allez c’est réglé maintenant on peut filer.

Vamos pour l’Aventura en auto !

Sauf que…  moins de 5 minutes après, la voiture cale au milieu de la rue. Impossible de redémarrer.
Plus de jus.
Les gens autour s’en foutent.
Derrière ça klaxonne.

Un camion est coincé par notre voiture et les mecs dedans finissent par venir pousser notre caisse en panne, non pas  pour nous aider mais parce qu’ils comprennent que c’est le seul moyen pour eux de passer.

Un bon coup de chocage et le moteur repart. Ouf

c’est quand même incroyable : personne ne nous a aidés quand on est tombé en panne de voiture au milieu de la rue, avec nos enfants qui pleuraient !! on se sent tellement loin de ce qu’on a connu jusqu’alors en Amérique latine ….

On fait directement demi-tour , direction  l’agence de location. Pourvu que la voiture tienne le coup! ça y est on arrive chez le loueur.
Maintenant on va essayer de faire annuler la location et se casser d’ici, car là c’est la goutte d’eau de trop  !

Le gars à la réception doit appeler sa chef . Elle mettra une heure à arriver.

Pendant ce temps là on s’installe au bar de l’hôtel où on achète une connexion internet.
Dame Glück fait illico  nos demandes d’entrée au Canada , au cas où
on se ferait refouler aux États Unis! Heureusement ça marche immédiatement car ça a consommé tout le temps de connexion.

La chef arrive. Et s’ensuit une rude discussion avec Glück autour du problème. Le tout en espagnol. Heureusement que Glück maitrise bien la langue car il y aura des entourloupes et des finesses de langage.
1- Elle a d’abord dit qu’on devait se débrouiller avec la voiture car la panne n’est pas avérée et elle n’a pas d’autre voiture à nous proposer.
2- Puis elle propose une autre voiture, sortie de nulle part comme  par enchantement de son  chapeau de magicien.
3- Échaudés,  on refuse car circuler sur des routes délabrées avec une vieille caisse sans téléphone ni internet parmi des gens plutôt peu aidants ne nous intéresse plus.
4- Puis elle lâche prise et accepte. Elle fait ses calculs et tente de ne nous rembourser que quelques CUC. En fait elle essaie de nous faire payer toute la location des 15 jours soit disant pour payer l’assurance avec un prix majoré.
5- Alex et Glück lui montrent toutes ses erreurs de calculs. Son associé sourit en voyant notre démonstration.
6- Elle finit par rendre les armes. On a gagné ! Elle nous a quand même compté une journée de location complète mais on a  limité la casse.

On offre un gâteau aux enfants qui n’ont pas une journée très marrante.

Pour la première fois en 10 mois de voyage, on ne se sent pas à notre place. Ici on est malheureux. Inutile d’insister.
Maintenant notre but c’est de trouver des billets d’avion pour quitter Cuba le plus vite possible.
On cherche un taxi pour nous emmener à American Airlines.
Allez, on va faire plaisir à Glück : et si on y allait en… vieille américaine comme dans ses rêves, on va se la péter !!!!

Les gars sont super chaleureux. 

En route !

Le chauffeur est bien sympa – enfin un cubain avec qui on peut discuter !

On arrive sur le Malecon

Il nous raconte même sa vie à Cuba. Cuba connaît depuis 2010 une relative libéralisation de son économie, avec l’autorisation de se mettre “à son compte” (Cuentapropista) et il vit de sa propre entreprise.
L’Etat accepte désormais le principe de “propriété privée”. La voiture appartient à lui et son frère.
Il nous explique comment il fait pour l’entretenir et la réparer. Elle est superbe. Pas simple à Cuba de trouver des pièces détachées. Il a sa petite affaire familiale. Il n’existe que 3 voitures comme la sienne à Cuba . Tout est d’origine ,sauf la climatisation qui est…. chinoise.

Il nous explique que chaque année au 1er mai tous les salariés d’Etat ont l’obligation d’être présent à la Place de la Révolution. Mais lui en est exempté car c’est un cuentapropista (comme seulement 13% des travailleurs).

 

On arrive au Miramar Business Center devant l’agence American Airlines.

Notre Conductor nous propose de nous attendre pendant nos démarches.

Dans l’agence :
– 1ère mauvaise nouvelle : il n’y a pas de vol aujourd’hui
– 2ème mauvaise nouvelle : pénalités de 200 us dollars par personne pour changer le billet, sans compter le réajustement tarifaire. Mais on en a trop marre , on fait une croix sur nos vols prévus dans 20 jours et on réserve pour un nouveau vol qui décollera demain
– 3ème mauvaise nouvelle : faut payer en effectivo (cash) 990 CUC et on n’en a que 650 ! Qu’importe pas question de lâcher le morceau, et Dame Glück file au distributeur de CUC le plus proche

et là …. sur les 2 distributeurs de billets, un seul fonctionne
Une file de 23 personnes devant … le gars derrière qui  dit : je parie pour une heure d attente

Cécile discute avec le gars et les 2 dames devant, elles ont l air de penser aussi que ce sera long…
Je dis : “pourquoi pensez vous ça ?”
Il me répond en souriant : “c est cuba !”
Oui, mais la machine elle va à la même vitesse dans tous les pays, non ? Ben oui…sauf à cuba 😀

…pauvre Glück qui  pendant ce temps est dans l agence avec les 3 petits monstres ….

Dame Glück finit par obtenir les CUC et se rue à l’American Airlines pour rejoindre les 4 gars, ouf, c est bon , on a les billets !
Les employés sont plutôt sympas, on discute un moment . Ils ont été très cool et attendris par nos enfants turbulents.

Notre taximan a été super patient et nous a attendu plus de 2 heures !
C’est un gars en or.
On lui demande s’il peut nous ramener au loueur auto car oups…  Glück a oublié de rendre les clés de la voiture de loc…

Le loueur est dehors, et super soulagé de nous voir revenir avec les clés !

Puis on dit au taxi – il nous aura vraiment bien sauvé  la mise celui la !- qu’on n’a pas de  chambre pour le soir et qu on cherche ou dormir. Mais pas à l’hôtel, on a juste besoin d’une petite casa particulares pour la nuit dans un quartier qui ne craint pas trop.

Il nous amène chez une mamie bien sympa dans un quartier tranquille près d’ici.

En l attendant, on voit des gars amener des sacs de ciment dans la maison d’à côté qu’on pensait être un squat. En fait ils sont en train de la retaper et quand Glück demande s’il y a des aides de l’état ou de la ville, et bien non, il n’y en a pas.

On rentre dans un immeuble avec notre taximan et on monte jusqu’au 2e étage.

Une vieille dame vient nous accueillir chaleureusement et s’arrange pour bien nous installer . Bon, c est seguro mais elle nous répète quand même bien et avec insistance de n’ouvrir en aucun cas et à personne. Oups…

Ici toutes les habitations ont 3 ou 4 verrous voire une grille devant la porte.
Mais chez elle on se sent tout de suite bien et en plus elle n’essaiera pas d’abuser de notre désarroi pour nous arnaquer.

 

Tout d’un coup du bruit dans la rue… des cris

Les gens s’agglutinent à leurs fenêtres et aux paliers de leurs portes pour voir ce qu’il se passe

Des gens courent dans tous les sens dans la rue.
2 groupes s’affrontent.
Un gars reste par terre à moitié inconscient. Il est ensuite porté par 2 autres gars, évacué, volatilisé, disparu.
A La Havane on nous dit que les rues sont sûres mais les gens se battent sous nos yeux et ramassent les blessés.
Et la rue reprend son rythme comme si de rien n’était.
Visiblement il y a eu un combat, même si le chauffeur nous dit qu’il est “tombé”.
Apparemment ici, mieux vaut éviter certains sujets.

Notre super taximan repart après s’être assuré qu’on est bien installés. On se donne rendez vous pour le lendemain, pour nous conduire à l’aéroport.

Notre hôtesse part en ville pour travailler et faire des courses. Elle nous répète de bien fermer à double tour les portes.

Bon maintenant on peut enfin souffler un peu après cette journée épuisante. On s’installe tranquillement et il n y a plus qu’à patienter jusqu’au départ pour l’aéroport demain matin.

Alex fait ses devoirs dans le salon.

Pendant que Loïc et Victor jouent ensemble.

A la télé, un programme vantant les atouts de Cuba, la “république unitaire des ouvriers et paysans”,  passe en boucle   

On prépare les sacs à dos.

Et maintenant repos.

Il y a une cuisine mais on ne peut pas l’utiliser, elle est réservée à Gretel notre propriétaire.

Bon, on réalise que pour prendre l’avion pour les USA il y aura une tonne de formalités pour passer au service d’immigration.
On risque de nous demander une adresse d’hébergement à Las Vegas. Et notre réservation initiale est prévue dans 3 semaines et pas pour demain
Donc ça peut coincer si on n’en a pas.

On retourne donc à l’hôtel pour essayer de modifier par internet notre réservation sur booking.

On reprend un coupon internet.

Oui mais… à cette date (demain on sera en plein week-end) c’est difficile de trouver un hôtel à Las Vegas. C’est bondé.
Et surtout, on voit s’afficher sur l’écran de  l’annonce booking : ” Vous ne pouvez pas réserver sur ce site depuis le pays où vous vous trouvez !! “.
Bizarrement, on n’est pas étonnés… c’est la tuile!
Heureusement le site airbnbn est accessible. Au total seulement 2 propositions pour demain. A Las Vegas,  les casinos-hotels sont rois et il n’y a  presque pas d’autre choix.  On finit par réserver à l’arrache un appartement Airbnb en partage (en gros avec des colocataires) excentré et cher. C’est bof mais on n’a pas d’autre choix.
Durant tout ce temps bien évidemment les enfants ont été très “toniques”. Ils ont en marre d’être trainés en pleine ville depuis deux jours. Ils subissent nos galères et nos mauvais choix. S’obstiner à vouloir découvrir Cuba de manière autonome n’était pas une bonne idée.

Mais on espère rebondir de plus belle. On va profiter de notre dernière soirée ici. On se balade sur le très chic et touristique Paseo Marti bordé par ses belles demeures.

Nos amis les Bomberos

L’Alliance Française

Notre quartier, plus populaire est à  2 pas d’ici.

On décide de manger 

On s’arrête en chemin au restau pour les locaux que notre taxi nous a conseillé (dans notre rue) “Donde Adrian”. L’accueil est étrange selon Madame Glück ou sympa selon Sieur Glück. C’est la première fois qu’on mange véritablement avec les gens du quartier. Les plats sont moyens selon Madame Glück ou plutôt excellents selon Sieur Glück car il a la dalle (il se sent affamé depuis qu’on est à Cuba). Ici au moins, depuis la première fois qu’on est à la Havane,  il y a la quantité et en plus c’est nettement moins cher que les resto à touristes. Sieur Glück est conquis et les enfants aussi.

On rentre à pied sous la pluie

Au retour, on réalise que notre logement est partagé. En fait on vit avec la Dame chez elle et on va devoir cohabiter avec elle…  Nous avons juste une chambre privative chez elle pour nous 5 avec un grand lit et un petit lit.
Les parties communes comme la cuisine et le salon sont pour elle.
Elle a étendu sur le balcon les sous-vêtements qu’on avait fait sécher sur le fauteuil dans son salon.

Mais bon, elle est plutôt sympa cette Gretel ! Gentille avec les enfants et elle nous fait même un café . Elle tient absolument à nous parler en anglais, no problemo (même si on est plus à l’aise avec la langue espagnole) !
Elle nous raconte que sa fille vit depuis 7 ans aux Pays-Bas. On s’aperçoit qu’une bonne partie des cubains cherchent à s’expatrier dès qu’ils le peuvent.

On va finalement se coucher.

On passera une nuit pourrie. Il y a une sorte d’émeute en bas de chez nous, on n’est vraiment pas rassurés. Des cris des bruits de sirènes et de sifflets à 4 heures du matin. On est à des années lumières de l’idée d’ambiance paisible qu’on se faisait de La Havane. La ville a subi des émeutes toute la nuit sous nos fenêtres. En ce moment ce sont  les élections cubaines…
On ne se sent vraiment pas en sécurité ici , c’est un peu comme au Brésil, voire pire. Hâte d’être demain !

Le lendemain, on est réveillés avant le réveil, debout bien à l’heure. On a hâte de quitter Cuba. La casquette du Che restera ici. Pas question de l’embarquer. Nos illusions se sont envolées…

Adios Cuba !

Il est un peu avant 8 heures. Les collégiens vont à l’école

Notre Taximan arrive en avance.  On est prêts à sauter dans sa superbe voiture rouge.

Adios El Capitolo !

Vite ! Direction l’aéroport

On fait nos adieux à notre taximan. Heureusement qu’il était là lui ! Une rencontre incroyable, sincère et chaleureuse. Depuis 24 heures c’est grâce à lui qu’on est sortis de cette galère. Adios !

Notre vol n’est pas encore indiqué, on va prendre un ” petit déjeuner ” à la cafétéria à l étage. Un bar de chaque côté de l escalier, mais à celui où on se présente, on nous grogne que c’est fermé et qu’il faut aller à l autre. Même plus envie de mon café mais on y va car les enfants voudraient du jus et des
biscuits.

La queue est énorme et tout à coup un être humain ? Homme, femme …? A la voix et au caractères indéterminés, obèse, voix rauque, habillé en treillis mais quelques éléments finissent par me faire penser que c est une femme vient me prévenir qu’elle me passera devant car c est sa place dans
la file, mais qu elle s etait  assise parce que pas envie d attendre debout . Ben voyons …. elle est rejointe par un homme habillé en homme mais couvert de bracelets et bagouses, un vrai arbre de Noël . On a sans doute du oublier de leur dire que carnaval c est fini…

On va ensuite au Check in qui n est pas annoncé mais qui a pourtant démarré… à nouveau une attente interminable…
Victor, épuisé, s’endort et il faut le porter.

Le mec qui nous enregistre est un corniaud de première qui ne comprend rien à rien et qui finit par aller chercher sa chef, désespéré qu’il est parce qu’ on lui a demandé de ne pas séparer notre famille dans l’avion; il est au bord des  larmes le pauvre. Il appelle sa chef ,qui n’est pas hyper percutante non plus , mais bienveillante , c est déjà ça!

Les bagages enregistrés on va tenter de changer nos derniers CUC avant de passer la sécurité.
La fille du guichet me demande contre quelle monnaie je veux les changer, je lui réponds dès USD et là, elle feuillette rapidement une liasse de devises étrangères et elle me dit : ça va pas être possible, je n’en ai plus
Malheureusement pour elle je connais parfaitement le billet vert et même si elle à fait ça à toute vitesse,Je les ai repères!

Je lui demande donc de bien vouloir vérifier car il me semble en avoir vu … ben oui, finalement  il lui en reste un peu, ça tombe bien !

On passe la sécurité sans souci particulier puis on se retrouve à nouveau dans une queue énorme à la Douane . La tuile , il s agirait pas qu on loupe l avion ! Alors je tente le tout pour le tout . Pendant que Glück se place
dans la file, je pars avec les enfants tout devant, je repère une employée qui n a pas l air trop désagréable et, avec un beau sourire, je lui demande si il n y a pas possibilité de faire passer plus rapidement une famille nombreuse avec 3pauvres enfants fatigués dont 2 pequenitos . Elle se laisse amadouer, et  on passe immédiatement !

On touche le but. Notre avion est là pour nous emmener à Charlotte!

On est fatigués, épuisés, stressés mais heureux !

Pas sûr du tout qu’on puisse rester aux USA car en théorie, depuis un an avec le bloqueo contre Cuba, il est interdit de rentrer aux USA après avoir séjourné à Cuba sans une des 10 raisons valables autorisées par les USA. Mais on a une raison valable…

La quête du Graal à Cuba

26 avril 2018 : Neptuno. La Havane. Cuba.

Après un petit déjeuner dans l’appart avec ce qu’on a trouvé difficilement dans le quartier, on écrit un peu le blog (hors ligne car ici pas d’internet) et on aide les enfants à faire leurs devoirs. C’est notre dernière journée à La Havane. 

Il est temps de sortir : notre objectif, c’est de trouver une voiture de location pour visiter le pays en toute autonomie dès demain (et à Cuba ça n’est pas simple) et trouver des casas particulares sur notre parcours.

On marche jusqu’au centre touristique.

On arrive au fameux nœud central du tourisme de La Havane : El Parque Central qu’on connait désormais par cœur.

Les Belles Américaines sont bien là

On passe devant une librairie à l’effigie du Che

Petite anecdote rigolote : lors d’une réunion officielle, Fidel Castro demanda un jour  : “Y a t-il un économiste dans la salle ?”. A la stupéfaction de tous Che Guevara leva la main. Une fois nommé directeur de la Banque Nationale de Cuba, le Che avouera qu’il avait entendu :  “Y a t-il un communiste dans la salle ?”

L’ironie du sort c’est que le Che condamne l’argent et rêve de son abolition. Il n’a aucune formation économique et politique. Et le pire c’est qu’il y a même eu création d’un billet à son effigie : El 3 pesos

Objectif n°1 du jour : Se connecter à Internet. Il faut retourner à l’agence de communication. Comme hier, on se fait jeter comme des parasites. Pas de coupon internet disponible et peut-être pas demain non plus. Surprenant ? Ben non, on s’y attendait.

Objectif  n°2 du jour : Comer ! On retourne manger le midi dans la même pizzeria qu’avant hier dans la rue Obispo.

On croise un groupe de françaises.  Elles sont ici depuis 15 jours en autonomie (c’est à dire comme nous sans passer par un Tour Operator). Et elles ont vraiment galéré. Pas possible de sortir des sentiers battus. Tout doit être encadré par une  agence car voyager sac à dos en indépendant est laborieux. Pas facile de communiquer avec les gens d’ici qui considèrent parfois les occidentaux comme des touristes voyeurs qui viennent profiter de  la misère locale. Le circuit en CUC ne facilite pas les choses pour les touristes et empêche de voir le vrai Cuba, qui pourtant recèle des trésors de culture et d’humanité.
Elles nous filent un reliquat de carte internet mais on s’apercevra vite que ça ne marche pas.

Pendant le repas, un orage énorme, des trombes de pluie

La rue de la soif est inondée

ça ressemble à une rivière

Objectif du jour n°3 : Trouver une voiture de location pour demain. A la première accalmie on essaie de trouver une agence. A priori le seul moyen c’est de passer par un hotel de luxe du centre.

En vidéo :

Les jeunes cubains profitent du sol marbré des hôtels de luxe transformé en patinoire. 

On décide de tenter notre chance à l’Hôtel Iberostar

Changement d’ambiance : ici on est dans un ancien hôtel colonial devenu hôtel moderne pour les tours operators. On est à deux pas de notre quartier mais ici tout est briqué et impeccable.
Très chic avec clientèle occidentale à des années lumière du reste de la ville. Tout est propre. Surveillé par des gardiens videurs en costard cravate.

L’argent coule à flot. Mais pourquoi un tel décalage avec les habitants des quartiers tout proches qui vivent de façon miséreuse dans de vieux batiments coloniaux en ruine ?

On achète un coupon hors de prix 5 cuc mais on peut enfin avoir une connexion internet.

On ne sait pas quoi faire :

Option 1 : Avancer notre vol vers les USA ? C’est l’avis de Madame Glück

Option 2 : Tenter le coup en louant une voiture à l’agence de l’hôtel pour visiter Cuba  ? C’est l’avis de Monsieur Glück

Finalement. Madame cède. Et on réserve une voiture à l’agence de location de l’hôtel pour 14 jours après de longues hésitations et discussions. C’est cher, très cher.
Manifestement Glück n’a pas entendu le malaise de Dame Glück d’être ici…

On rentre à pied sous la pluie vers notre appartement

On se fait des pâtes en rentrant et on prépare les sacs. Car demain on quitte la Havane pour explorer l’île de Cuba

En vidéo :