Hiroshima

Nous quittons notre sympathique maisonnette de ville sans avoir eu l’honneur de rencontrer nos hôtes (dommage encore une messagerie éléctronique). Départ de Kyoto en Shinkansen : direction Hiroshima

La ville reconstruite est moderne et aérée, plein de dynamisme

Nous prenons le tramway jusqu’à l’arrêt Chuden-Mae . Des rames de plusieurs générations se côtoient. En particulier il en reste deux qui étaient déjà en service avant que la bombe n’éclate. Nous essaierons de les trouver mais sans succès.

On est tassé mais les gens sont beaucoup plus cool ici. Habillés moins strict et plus souriants. Arrivés à l’appartement comme d’habitude pas d’hôte mais juste une boîte mail avec des instructions.

C’est très bien situé mais….  voici ce qui fait office de lit – salle à manger pour 5…. un coffre lit « futon » sans matelas et juste quelques coussins.

On va avoir mal au dos !!! Et en plus c’est sale et vetuste. Sans compter le bruit du voisinage et de la route… on ne dormira pas très bien ! Et manger non plus car la cuisine est inutilisable.

Nous nous lançons à la découverte de l’Histoire

Le dôme sous ce ciel a un côté surréaliste et émouvant

C’est un des seuls bâtiments qui n’a pas été réduit en cendres par la bombe A et pourtant il était à l’épicentre

Avant                                 et                       Après

Depuis la vie a repris de plus belle. Et Hiroshima est une ville optimiste et tournée vers l’avenir

Le dôme vu du mémorial

 

Les tickets du musée

 

Ça fait froid dans le dos mais c’est traité de manière un peu impersonnelle. On trouve que les japonais sont un peu sévères avec les survivants et traitent les choses froidement.

Les écoliers viennent étudier le passé de la ville

cette montre s’est arrêtée à 8h15 du matin le 6 aout 1945

Depuis le temps a passé et la jeunesse a reconstruit la ville sur les cendres

avec de nombreux témoignages commémoratifs en hommage aux victimes

De nombreux origamis en mémoire de Sadako Sasaki, une petite fille morte à l’âge de douze ans d’une leucémie due à la bombe atomique. C’est devenu un symbole de la paix.

Quand on lui diagnostiqua la maladie, une amie lui raconta  l’ancienne légende japonaise : quiconque confectionne mille grues en origami voit un vœu exaucé. Sadako s’attela dès lors à la tâche. Elle confectionna au total 644 grues de papier avant de mourir.
L’histoire de Sadako eut un profond impact sur ses amis et sa classe. Ils finirent de plier les 1000 grues et continuèrent cette activité afin de collecter de l’argent en provenance des écoles japonaises pour construire une statue en l’honneur de Sadako et de tous les enfants frappés par la bombe.

Au restau près du dôme, nous mangeons dans un restau italien. Une grosse découverte gustative : le lemosco. Un dérivé japonais du tabasco fait à base de citrons d’Hiroshima. Une merveille

Dans le parc nous faisons la rencontre d’une famille tourdumondiste comme nous, la famille Baltzer : Ryme et Raphaël ,et leur enfants Thalie et Sohan. Le courant passe tout de suite bien. Nous avons plein de choses en commun. Nos itinéraires, nos envies et nos projets se ressemblent

Les enfants sont heureux de passer du temps ensemble. Thalie et Alex refont le monde. Pendant que Sohan et Loïc jouent dans les arbres. 

Leur blog est très bien fait :

http://baltzerenvadrouille.blogspot.com/

Nos chemins  se séparent ce soir mais nous nous donnons rendez-vous sur un autre Continent. On fera tout ce qu’on peut pour se le faire ce restau ensemble et parcourir un bout de monde avec vous 😉

En vidéo :

 

4 réflexions sur « Hiroshima »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.