Galápagos : Isla San Cristobal. Rencontre exceptionnelle avec Karine et Sandrine… et aussi avec les otaries !!!

17 mars 2018, 16h00 , Galápagos : nous débarquons sur la magnifique et sauvage  Isla Isabela. L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture6-1024x842.jpg.

A l’arrivée, plein d’otaries nous attendent au débarcadère de Puerto Baquerizo Moreno, mais attention, ici les mâles peuvent être agressifs et ils essaient de mordre. Ils sont énormes et ont de bonnes dents. 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture2.jpg.

Notre hostal est tout près mais on ne le savait pas, du coup, on se fait avoir par un taxi roublard qui nous fait faire le tour de cette petite ville avant de revenir quasiment au point de départ . Bon, c’est noté : au retour on fera le trajet à pied.

On peut dire que le propriétaire de l’hostal n’a pas fait les choses à moitié. La casa de Jeimy, ce n’est pas une petite maison familiale mais plutôt un énorme immeuble. L’ambiance est quand même sympa, plutôt baba cool surfer (une compétition internationale a lieu ici dans quelques jours

On a une très grande chambre au dernier étage (y muy limpia) avec vue sur mer et balcon. Un vrai mirador.

Petite partie de siete familias

Le soleil se rapproche de l’horizon. Et si on allait fair un petit tour au bord de la mer ?

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture1-1024x679.jpg.

On part pour faire quelques courses mais en se baladant en front de mer, on tombe nez à nez sur une énorme colonie d’otaries

Les otaries des Galápagos appelées ici Leones Marinos de Galápagos sont endémiques

Un lieu magique ! Elles font un bruit incroyable et passent leur temps à communiquer entre elles. Elles aboient très fort émettent aussi des grognements. Et les bébés ne sont pas en reste entre 2 tétées.

Les mâles peuvent peser jusqu’à 250 kg pour une taille de 2m50 !!!

Il y a 40 ans leur nombre était estimé à 40 000 mais une décroissance de 60% a été constatée sans savoir si l’espèce est réellement en danger 🙁

Par hasard, on rencontre Karine et Sandrine qui comme nous sont bouche bée devant ce magnifique spectacle que nous offre la nature

Des moments magiques à observer ces animaux étranges qui ont investi le port ! Ce sont eux les vrais habitants de Isla Sans Cristobal.

On est très heureux d’avoir partagé ça ensemble 🙂

Le soleil se couche

On décide de continuer à faire connaissance avec Sandrine et Karine autour d’une bière. Elles sont très sympa , et adorables avec nos enfants. On partage la passion des voyages, des autres cultures, des animaux, le tout avec respect.

Une très belle rencontre, de celles qui sont marquantes et précieuses durant notre voyage. C’est bon de croiser de belles personnes comme elles, bienveillantes, et respectueuses de la nature et des autres, tolérantes avec les enfants 
 
On poursuit la soirée en allant manger ensemble en bas de chez nous, dans un super snack à menus simples et pas chers. On passe une très bonne soirée.

Le lendemain, après une bonne nuit à la Casa de Jeimy L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 2018-12-12_212543.jpg.

De notre balcon on a une superbe vue sur la ville de Puerto Baquerizo Moreno

Avec ses 4 800 habitants, c’est la seule ville de l’île San Cristobal. Partout ailleurs, c’est une réserve naturelle

Glück nous a dégoté une super panaderia dans le barrio (quartier). Du coup on s’installe tranquillement sur la terrasse de notre hostal avec des croissants presque comme ceux de chez nous pour le petit déjeuner ! Quel luxe,un vrai régal !

On a même trouvé du yaourt en cubi. Un conditionnement familial un peu plus écolo.

Après un peu de repos dans la chambre, on se met en route tranquillement en fin de matinée.

Notre idée, c ‘est de manger au marché du coin qui a très bonne presse.

On ne peut pas dire que l’ambiance soit au rendez-vous. L’accueil est glacial,  que ce soit des habitants ou des commercants.

Et pour la première fois depuis qu’on est en Amérique Latine, on mangera très mal.

Même Loïc fera diète après quelques bouchées.  Il a raison car le résultat se fera sentir dès ce soir : la première turista familiale du voyage !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture3-1024x737.jpg.

On décide de marcher le long du port

Quelques otaries dorment à l’ombre mais la plupart sont parties chasser en mer.

au nez et à la barbe d’un pélican

Ici aussi l’activité est centrée sur les sorties en mer pour les visiteurs. Mais comme à Isabela, on est loin du tourisme de masse et le pueblo est vraiment tranquille.

On se renseignera sur les possibilité de sorties mais on va opter pour un séjour tranquille à Puerto Baquerizo Moreno en se limitant à la découverte de lieu avec nos propres savates.

On croise Karine et Sandrine a une terrasse de restau en partant à la Playa Mann

Les enfants sont apprivoisés !!! Elles sont incroyables!

Puis on poursuit jusqu’à cette jolie petite plage au Nord de la villeL’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 2018-12-12_215558.jpg.

Encore un petit coin de paradis où la faune sauvage va nous surprendre

à première vue ça ressemble à une plage d’une jolie petite station balnéaire

sauf que dès qu’on barbote un peu dans l’eau des otaries viennent nager à notre rencontre !!!!

Elles imitent même l’aileron d’un requin avec une de leur nageoire pectorale 😉

Le clou du spectacle : 2 bébés otaries viennent nager au milieu des baigneurs !!!

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est gickr.com_5207b9ef-0cbf-2114-6dc7-807e90e950e2.gif.

On passera tout l’après midi à se baigner ici, au beau milieu otaries.

Alex et Loïc se font un copain pour jouer au beach -tennis

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture4-1024x811.jpg.

On revient à pied au port. On trouve une héladeria pour déguster une glace pour le goûter

Victor à Alex : « moi je t’aime pas… je t’adore !!!! »

On revient sur la plage du port où vit la colonie d’otaries près de l’aire de jeu. On y a rendez-vous avec Sandrine et Karine 😉

Karine et Sandrine : merci à vous pour ces superbes photos de nos 3 galopins !

On retourne boire une bière avec les filles et on passe à nouveau un très bon moment à discuter de nos vies en compagnie de Legoglück.

Au bout d un moment, les petits nous font payer le fait qu’on s’occupe moins d’eux et commencent à mettre le bazar dans le bar , on ne pourra plus y retourner dans celui là 😉

On mange au restau à combos et on file au lit

Nuit horrible car Victor se vide et on doit le doucher 5 fois … la turista familiale commence !!!!!

Les 3 videos de ces moments inoubliables :

 

4 réflexions sur « Galápagos : Isla San Cristobal. Rencontre exceptionnelle avec Karine et Sandrine… et aussi avec les otaries !!! »

  1. Bravo pour ce reportage riche en infos sur le monde des otaries!Je n’imaginais pas qu’une otarie puisse atteindre 25o kilos et mesurer 250m!😀
    C’est un vrai rėgal de voir les enfants nager avec les otaries. Les bėbés sont craquants.
    Les petites bobines aussi! Je l’ai dėjà dit,mais quelle chance ont nos petits- fils de découvrir et de vivre dans tous ces mondes inconnus ! Ils sont heureux et ça se voit!
    Et merci à vous deux ! Vous embrassons. Bisous câlins à nos petites bobines 😀

  2. Houuuu, ce matelas d’otaries sur la plage, on a envie de se rouler dessus, d’ailleurs j’ai l’impression qu’elles-même ne s’en privent pas hein ! Que peuvent bien éprouver tous ces animaux potelés et soyeux rassemblés sans le sable à savourer ensemble la douceur du soir, avec juste le bruit des vagues et la présence bienveillante des gens qui les contemplent, ils ont l’air si stables et épanouis ! ah si les animaux pouvaient voter !
    entonces, me gusta mucho el mirador de La casa de Jeimy y el juego de las siete familias à trois contre un ! bravo Alex. et quelle chouette lumière…finalement, il semble y avoir plein d’endroits où on rêverait habiter, en tout cas dans vos lointains vagabondages il y en a au moins trois qui m’ont donné envie de déménager. Mais cette petite ville au bord d’une réserve naturelle et sur une île, on doit y avoir la paix.
    ââââhh je viens de découvrir en pluss que les bébés otaries viennent te tenir compagnie quand tu barbotes dans leur territoire, ils sont même pas jaloux c’est le paradis ça !
    j’ai vraiment aimé cet épisode autant pour sa beauté, ses surprises, que pour la belle déclaration d’amour fraternel de Victor à son grand frère vers la fin, c’était trop mignon 😍 😘

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.