Galápagos : les frégates, les iguanes terrestres d’Isla Seymour et une super soirée avec Beat et Sarah

Isla Santa Cruz, 20 mars 2018, 17h00 : Après notre traversée périlleuse en provenance de Isla San Cristobal, on arrive à Puerto Ayora. On marche jusqu’à l’hostal qu’on avait réservé. Le patron a des soucis de fuites d’eau dans notre chambre…

mais il est sympa comme tout et nous trouve une autre chambre encore plus jolie avec une jolie vue sur le cœur de la ville .

On se pose un peu. On trouve une lavanderia tenue par une adorable vieille abuela dans une petite ruelle. Demain on sentira bon ! 

Ce soir, Sarah et Beat transitent également par Santa Cruz et on s’est donné rendez-vous.
On va manger ensemble aux Rocks

On fêtera dignement l’anniversaire de Sieur Glück !

Un très bon moment

(même si les petits sont excités)

Après cette bonne soirée, on se quitte heureux. Demain ils partent pour San Cristobal et nous ce sera notre dernière journée aux Galápagos. Mais on garde contact 😉

Le lendemain, il faut se lever tôt.
Après de longues hésitations , et bien conseillés par Karine et Sandrine , on a choisi de passer la dernière journée sur l’île Seymour ; entre autres pour enfin voir les fameux iguanes terrestres avant de quitter les Galápagos !

On petit déjeune dans « notre » agence de taxi-boat habituelle.

Devant le port, les taxi pick-up attendent les clients à l’ombre des flamboyants

Nous, on monte dans un bus rempli par un groupe d’allemands étudiants en biologie animale encadré par leur prof grisonnant visiblement en chasse… qui n’a d’yeux que pour les jeunes filles… et se révèlera étonnamment peu respectueux de la faune et de la flore 🙁

On traverse l’île Santa Cruz du sud au nord… toujours tout droit la seule route au milieu de la nature…

Après une heure de route, on arrive au canal Itabaca qui sépare Isla Santa Cruz et Isla Baltra

On embarque sur un petit zodiac qui nous conduit au catamaran sur lequel on passera une bonne partie de la journée à naviguer. A la différence des autres embarcations qu’on an pris aux Galapagos, on est dans le luxe aujourd’hui. Direction: Isla Seymour une petite île au nord de Isla Baltra

On passe à côté d’Isla Daphne Mayor

et on s éloigne de Isla Santa Cruz

Une fregate (un mâle) survole le catamaran en exhibant son beau jabot rouge

Il est 10h15. Après 1h30 de navigation tranquille, on débarque sur l’île Seymour Norte (13 km). Notre catamaran mouille juste devant.

Un gros lézard impassible nous regarde passer…

Lolo : « regarde papa là un iguane se cache dans les buissons ! »

Bien vu Loïc !

ça y est !!! les voilà !!! c’est la première fois qu’on voit des iguanes terrestres. Ils se déplacent avec nonchalance

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20180321_101358IMG_7606-2-1024x654.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20180321_101730IMG_7615-1024x722.jpg.

On fera une très belle balade pendant 2 heures où on verra quantité d’iguanes terrestres, de frégates, de fous à pieds bleus, d’otaries. C’est très très beau et impressionnant. 

Ces otaries endémiques des Galápagos (leones marinos en espagnol ou sea lions en anglais) se différencient des phoques par le fait qu’elles ont des oreilles proéminentes et des pattes arrières en forme de nageoire non fusionnées.

Les otaries et les iguanes terrestres vivent ici en osmose


Roberta notre guide est très sympa. Elle nous explique bien l’ecosystème de l’archipel. Sur cette île (Seymour) les iguanes terrestres des Galápagos (conolophus subcristatus) ont été transférés à partir de Santa Cruz. Ici ils ne sont plus menacés par les chiens, les chats, et les rats qui sont des prédateurs importés par l’Homme.

Cette espèce endémique était autrefois extrêmement fréquente dans tout l’archipel mais les populations ont souffert sur les autres îles.

Les enfants se prennent pour des explorateurs du Monde Perdu (Jurassic Parc 2)

Ils peuvent mesurer jusqu’à 1m50 pour 13 kg. Avec leur crète épineuse qui en impose ils peuvent avoir l’air effrayant mais ils ne sont pas agressifs et nous regardent tranquillement.

Roberta nous montre un cimetière d’otaries.

Comme ici ce bébé probablement mort de faim en attendant le retour de sa mère. Celle-ci n’est probablement jamais revenue de sa pêche car dans l’océan les prédateurs des otaries comme les requins sont nombreux

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20180321_102630IMG_7627-1024x659.jpg.

On s’apercevra vite lors de la sortie le groupe d’étudiant allemand qui nous accompagne qui se dit « vert » est tout sauf respectueux envers la faune locale. GRRRRR !!!!

On se rapproche des points de nidification des frégates superbes (fregatas magnificas)

2 mètres d’envergure

Lolo est intrigué par leur énorme « pomme » d’Adam toute rouge : « ils ont mangé trop de pommes ? »

Leur plumage non étanche ne leur permet pas de plonger ni de nager.

Les enfants commencent à fatiguer car notre groupe est un peu statique (on n’a plus l’habitude de marcher aussi lentement) et on commence à cuire au soleil

On assiste aux parades nuptiales. Les mâles gonflent leur sac gulaire rouge vif sous le cou (pomme d’Adam selon Loïc) et tapent dessus avec leur bec pour faire un bruit sourd de percussion rythmée. Bon les photos sont surexposées car on s’est gouré dans les réglages du reflex 😉

Allez ça donne un effet irisé aux Glücks !!!

On n’est pas bien là ?


Legoglück à pieds rouges et Fou à pieds bleus !?

On observe à nouveau les iguanes aux airs de dinosaures.
Ils possèdent une relation symbiotique avec les oiseaux, qui les débarrassent de leurs parasitess, ce qui les protège et constitue une source d’alimentation pour les oiseaux

Les iguanes sont très majoritairement herbivores et comme l’eau douce est rare ils mangent les cactus opuntia pour s’hydrater , et même les épines !

Ce spécimen n’est plus très frais !!!

Déjà plus de midi : allez !!! il est temps de remonter sur notre catamaran… via le zodiac

En video :

2 réflexions sur « Galápagos : les frégates, les iguanes terrestres d’Isla Seymour et une super soirée avec Beat et Sarah »

  1. pas très frais l’iguane … mais il a l’air de se marrer ! c’est presque surrėaliste!
    Merci pour ces très belles photos. Les frégates sont impressionnants. Bravo au photographe.
    Vous êtes très beaux,grands et petits.
    Les iguanes , même impassibles …je ne suis pas partante pour leur serrer la « pince »…😀

    Sympa aussi la photo avec vos amis.😀

    L’iguane repéré par Lolo dans les buissons en guette un autre dans l’arbre aux bras tortueux 🤔

    Brocolis gėants dans l’assiette?

    Merci encore pour toutes ces dėcouvertes. Une très belle photo de Nénette !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.