Flores, la vieille ville guatémaltèque sur le lac

Mardi 17 avril 2018 : Flores, Guatemala

Nous sommes debout depuis 5h00 du matin et après avoir traversé le Chiapas au sud du Mexique en minibus pendant 5 heures, visité la cité de Bonampak, traversé la frontière en pirogue, roulé 4 heures en voiture sur une petite route défoncée, et ben on est quand même  enfin arrivés à la petite ville de Flores… à peine fatigués et prêt à visiter les lieux !
On dépose nos affaires à l’hôtel pas loin du lac. Il est 17h30.

Flores est une petite ville réputée tranquille sur une île du lac Peten Itza, reliée par un pont à la terre ferme
Malgré la « fatigue », on a encore la force et l’envie de découvrir l’île de Flores. On se remet en route et on traverse le pont à pied. (en haut de la photo).

Glück est stressé et ne se sent pas en sécurité. Le pays a une réputation sulfureuse et le jour commence à tomber. Il a peur qu’une faune peu recommandable soit de sortie.

Mais le bord du lac est vraiment tranquille.

En Maya Yucatec : Peten = île, et Itza = peuple. Des insulaires quoi !

On se laisse aller le long des ruelles pavées dans cette atmosphère magique.

On se rend vite compte qu’on est dans un endroit chaleureux loin des craintes qu’on aurait pu avoir. Les gens nous font de beaux sourires.

On arrive au parque central, c’est tranquille, bordé par la jolie église en restauration. C’est ici qu’en fin de journée, beaucoup de locaux se rassemblent et jouent au foot, aux cartes … c’est un vrai lieu de vie.

On se laisse aller à l’instinct dans les dédales de ruelles avec leurs maisons aux jolies couleurs.

On nous propose un tour en bateau de 30 min sur le lac pour 10 quetzal soit un peu plus de 1 euros. On est loin des tarifs du Yucatan ! Mais le gars a les yeux fort rouges et de toute façon on n ‘a pas de liquide, on verra demain !

On assiste à un des plus beaux couchers de soleil qu’on ait jamais vu !!!

En video :

 

 

 

On avance un peu pour trouver un restaurant car on commence à avoir mal aux jambes et bien faim !

L’emplacement au bord du lac est top mais bon il faut le reconnaître c’est un peu trop chic et cher alors qu’on n’ y mange pas très bien. Viande trop cuite, margaritas trop lights, seule la horchata d’Alex à la cacahuète relève le niveau 😉

On passe quand même un bon moment, car on n’avait pas mangé depuis ce matin et les petits peuvent continuer à ce défouler ; ils sont inusables !

On négocie un taxi à partir du restau car il fait nuit noire. Comme on n’a pas encore de monnaie locale, on est obligés de négocier avec la CB :  45 quetzal juste pour traverser le pont! c’est du racket mais bon, on n’a pas le choix ! Arrivés à l’hôtel on aperçoit un gabier en bas pour avoir enfin quelques billets, bonheur ! Enfin, bonheur de courte durée car il ne marche pas !

Glück est HS, Dame Glück gère la douche des petits, prépare les sacs et dodo. Demain il faudra se lever très tôt

Mercredi 18 avril 2018 : Flores, Guatemala
Lever tôt

On prend un solide petit déjeuner à l’hôtel

car aujourd’hui on visite un lieu mythique : Tikal (cf article précédent)… la piscine de l’hôtel ce n’est pas pour nous maintenant

On trouve enfin de l’argent liquide à la banque 🙂

———————————————————–

(Visite de Tikal  – cf article précédent -)

———————————————————–

Après la découverte du magnifique site de Tikal, notre chauffeur nous ramène à Flores en une heure. On lui demande de nous déposer directement sur l île car il est à peine 17h00 et on a bien envie de faire un tour en bateau sur le lac.

On négocie 45 minutes de navigation  avec un gars super gentil, Miguel-Francisco, qui nous propose de faire le tour de l’île avec son bateau en prenant bien son temps.

Et c’est parti !

Voici l’Islote Santa Barbara avec son arbre à caméléon.

On passe un très bon moment

La Isla de Flores et ses maisons colorées dominées par l’église, construite sur une ancienne ville Maya ,Tayasal.

Miguel-Francisco nous explique qu’au Guatemala, nous sommes au cœur du monde maya : ici même si l’espagnol est la langue officielle, il existe 22 dialectes mayas couramment parlés (+ une langue d’origine africaine). Miguel-Francisco pensait que Glück, avec son accent andalous, était espagnol

L’autre berge du lac est sauvage

Juste une rue et quelques maisons au milieu d’une forêt : c’est le quartier San Miguel.

Miguel-Francisco nous explique que c’est son village natal.

Il y a des enfants qui se baignent

Des gens qui font claquer des pétards pour fêter un cumpleaños

Au retour, on va dans un bar pour siroter un cocktail en profitant de l’happy hour 😉

Mojitos et Limos !

En admirant le coucher de soleil, qui sera encore très beau.

Les toilettes, uniquement dames, sont très spéciaux: 2 canapés face à un grand miroir et une douche qui contient un petit wc ; une autre activité que celle de bar???

Tout d’un coup une énorme détonation dans la cuisine : une bouteille de gaz vient d’exploser. Il manque d y avoir le feu et on quitte les lieux illico !

Dans la rue c’est plus sûr 😉

On rentre à pied à notre hôtel, où on va profiter de la piscine avant de prendre un petit pique nique dans notre chambre.

En video:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.