La Pedrera : village dans les dunes et les pieds dans l’eau

Après nos 8 heures de route (avec les détours du GPS), arrivée tard à La Pedrera. La nuit tombe à 20h00. On a un peu du mal à trouver la maison de Rosina, perdue dans la forêt. Le GPS nous perd à nouveau dans les bois….!

On va y aller au feeling. On peut à peu près situer le quartier car la Pedrera ne compte officiellement que 165 habitants.  Glück va voir les voisins installés dans leur hamac. Ils sont charmants et comme ils connaissent Rosina, ils l’appellent.

Elle vient à notre rencontre à pied. Elle a un bon contact avec nous et la maison dans laquelle elle nous installe est une jolie maison en bois décorée avec goût

A priori, c’est dans sa maison qu’on s’installe, et  elle logera durant notre séjour  dans une petite dépendance dans le jardin

Mais elle fait tout pour qu’on se sente bien. Elle nous demande juste la possibilité pour elle d’accéder au frigo.

Après un petit repas on va dormir mais ce soir, les voisins ont décidé de faire la fête ….

Rosina a même prêté son doudou à Victor pour qu’il fasse de beaux rêves

Au début, pour une fois, Dame Glück ne se sent pas franchement en sécurité car la maison est assez isolée. Mais nous nous rassurons bien vite, Charlie est un excellent chien de garde, très bien dressé ! Et surtout le village est vraiment tranquille

Le lendemain après une bonne nuit de sommeil, on traîne un peu. Et on profite de la maison et du jardin

les enfants jouent avec Charlie, le gros chien très sympa de Rosina, 

Et ils font de la peinture

On décide d’aller reconnaître les lieux : de la maison située dans le bois on emprunte un sentier en terre. On y rencontre une vieille voiture, le cousin de Matter.

On longe les prairies

Et au bout de 5 minutes on arrive dans les dunes…

pas un batiment…

A nous l’océan Atlantique et la plage de de sable fin qui crisse sous nos pieds!

 

Comme les vagues claquent fort, on se rapproche du centre du village là où la baignade est surveillée. On passe à côté d’une vieille épave de bateau échoué

Drapeau orange. On se renseigne au près des maîtres nageurs. Perfecto : 15°C !!! 

Loïc : « on peut y aller papa ? »

Papa : « oui mais on a oublié les brassards de Victor ». Il faudra être prudent avec les gros rouleaux

L’eau est un peu fraîche mais on se régale, la plage est familiale et sympa.

Allez c’est parti !

Puis c’est l’heure de creuser des tunnels, faire des chateaux de sable,… les enfants sont contents de profiter des plaisirs de la plage après 1 mois et demi de sevrage (dernière plage : Rapa Nui)

On a un petit creux et on voit un snack sympa au bout de la plage. 2 ème galère, Glück trouvait qu’il valait mieux ne pas prendre d’argent à la plage 😉

On repasse à la maison (chercher des pesos) puis dans la rue principale du village,

La rue principale !!!! Sainte Cécile est une mégapole à côté.

Ambiance surf et baba cool. On adore. On est à des années lumière du tourisme de masse.

Comme il est tard on ne trouve qu’un petit snack cher et un peu bof, mais il faut bien se nourrir

On visite ensuite la station balnéaire voisine (15 km), un peu chic La Paloma : pas trop notre style et on rentre vite fait  à la maison de La Pedrera.

On passe une bonne soirée dans le jardin. Les enfants sont vraiment heureux ici !

Le lendemain, au lever, on étend la lessive sur la barrière du jardin. Comme il y a beaucoup de vent, ça tombe sans arrêt ! Et les voisins viennent gentiment nous aider quand ça tombe de leur côté  😉

Rosina est une artiste; c est elle qui a réalisé lespeintures murales de la maison ; c ‘est très apaisant comme décor

Pas de bol, on est tous enrhumés.

On retourne à la plage, plus tôt que la veille et cette fois, avec argent et brassards !

Il n’y a personne dans l’eau et le temps est plus couvert que la veille. Les lifeguards nous annoncent une eau à 14-15 degrés mais ils exagèrent fortement.

Elle est plutôt bonne et les vagues sont fortes. 

On va manger au snack de la plage repéré la veille ;

ambiance cool (serveuses en bikini) , bonne musique, excellents burgers.

On retourne à la maison

Et maintenant on va essayer de voir les dunes géantes de Cabo Polonio au coucher du soleil !

 

 

 

10 réflexions sur « La Pedrera : village dans les dunes et les pieds dans l’eau »

  1. Le mot qui vient à l’esprit devant les images de cet endroit ,c’est apaisant,serein, 😀
    Je vois une sirène flanquée de deux ours, un autre ours qui prend son ėlan pour se jeter à l’eau…belle photo,bravo au photographe !
    La maison esr très accueillante et les enfants s’y sentent bien, ç se voit.😀
    Un bon moment de repos pour vous dans ces lieux tranquilles et si hospitaliers.😀
    Je suis contente et Papa aussi de vous voir épanouis et détendus.😀Nous vous embrassons très fort. Bisous, câlins à nos 3 ours .😀

  2. Et la prochaine fois prenez des sous pour aller à la plage! 😀

    Qu’il est beau Victor devant la porte- fenêtre ! On le dirait en pleine méditation poétique.
    En lanceur de balles il fait son effet de bel athlète, notre Alex-lex. Charlie est prêt…
    Lo- lo court bien aussi. Très chouette cette maison pleine de ressources pour jouer!😀

  3. Hé Alex, ta carte du Grand Canyon a fait tout le chemin depuis l’Arizona ! et elle a atterri dans ma boite à lettres hier, SURPRISE !!!! ça m’a fait très plaisir et j’ai bien rigolé à l’évocation de tes patates bouillies ! on se fiche des patates bouillies mon ptit loup, tu as tellement de choses qui défilent devant tes yeux (tes oreilles, tes narines et tous tes capteurs) en ce moment, tout ça ressortira par tes mains un jour, que ce soit sur un piano ou sur un ordi (tu essaies toujours d’écrire ton livre ? ça c’est une de tes idées qui m’emballe particulièrement)… peut être dans votre prochaine grande ville, tu pourrais pousser la porte d’un magasin de musique et te dégourdir les doigts (les pianos aussi ils s’ennuient de toi)!
    plein de bisoux, vous êtes tous très beaux sur les photos, maman ressemble à Vénus sortant de l’onde (de Botticelli je crois) 🧜‍♀️ Allez, à la prochaine pour la suite de vos aventures !
    P.S.: j’ai lu sur ta carte que le grand Canyon était vieux de 280 millions d’années dans ses couches les plus hautes et récentes, et de 2 milliards d’années dans les plus basses, effarant hein ! D’ailleurs on les voit bien ses âges, il ressemble à un mille-feuilles.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.