De Cuenca à Guayaquil

24 mars 2018 Cuenca : A midi et demi notre mini bussette vient nous chercher. Le chauffeur est sympa et bien plus prudent que celui du trajet aller. Nous quittons rapidement la ville pour « attaquer » la route traversant les Andes

Superbe route de montagne. Nous sommes déjà à plus de 3000 mètres d’altitude

au cœur du Parque Nacional Cajas

Ce petit village en contrebas est à 3700 m d’altitude

 

 

 

Nous sommes en voiture à 4157 mètres  !!!!!! Incroyable !!!

Le paysage est quasi lunaire

 

On s’arrête en route pour le repas. ça caille un peu mais pas tant que ça malgré l’altitude

Nuestro conductor nous propose de nous remplir la panse dans ce chalet d’altitude isolé au bord de la route en pleine nature . Nous sommes à nouveau un peu interloqués car, comme  à chaque arrêt – même prolongé – les chauffeurs laissent le moteur tourner tout du long de la pause … Et là , nous quittons tous le véhicule : ouvert, en marche et avec nos sacs dedans …. pour aller tranquillement déjeuner !

Excellent repas qui nous rappelle le bon cari de la Réunion

Notre chauffeur est fier de nous faire goûter la horchata, une boisson typique d’Equateur, à base de 18 types d’herbes différentes infusées… rose fluo… le goût est spécial. Lolo préférera son jus de fruit frais.

Nuestro conductor natif de Cuenca nous explique qu’il a travaillé aux USA pendant plusieurs dizaines d’années. C’était une bonne expérience mais il est content d’être revenu au pays. Maintenant il est chauffeur. Pas facile pour lui car il lui manque un pouce. Et c’est reparti pour la route… nous descendrons dans le brouillard

 

Une heure plus tard nous voici dans les plaines. Au revoir les Andes !!

Quel contraste… on se retrouve au milieu des champs de bananes.

et aussi de cacao, économie florissante en Equateur

le chocolat ça fait rêver Victor

On voit beaucoup de poids lourds sur cette route  pourtant difficile

Mack est venu prendre sa retraite ici

ou plutôt son cousin suédois Scania

Qui veut des babioles ?

Ce camion a un côté rassurant. En Equateur on recycle les bouteilles en plastique

On traverse les rizières

des fermes au milieu de nulle part

Dès qu’on approche des villages, l’artisanat est partout

A la sortie de l’école, ici, les enfants travaillent pour aider leurs parents comme ce petit vendeur de mangue au milieu des chapeaux. Nos enfants (au moins les grands) prennent conscience de leur chance

Une fois n’est pas coutume Alex est malade sur la route. Il a des nausées et mal au ventre

Ici la banane est reine

et Kevin le roi de la banane !

Le pays est le 1er exportateur mondial de bananes

Les suspensions arrières des pick-up sont mises à rude épreuve

La vie n’est pas facile ici mais les gens sont toujours très souriants.

Les cuisinières ambulantes ont de bons mollets ! il le faut bien pour transporter tout ce matériel !!!!

Les taximen n’ont pas les moyens de transporter leurs clients en limousine mais ils sont astucieux

Un gaucho ! un gaucho ?! un gaucho ?? ah non un simple cavallero bien protégé du soleil

On approche de Guayaquil… des fleuristes…

Ce magnifique cimetière surplombe la ville

On passe sur l’énorme pont traversant el Rio Babahayo et el Rio Daule

Sur l’autre rive pas loin de l’aéroport (notre destination) on aperçoit le quartier des affaires avec la jolie Torre The Point toute torsadée

Après 200km et 4h30 trajet on arrive à l’aéroport  Internacional Jose Joaquin De Olmedo de Guayaquil Alex est de plus en plus malade une vraie gastro se déclare pour lui. Il va passer 24 heures très compliquées… Mais on est là pour te soutenir fiston… ça va aller

Comme on l’espérait, on retrouve Karine et Sandrine dans l’aérogare. Le hasard fait parfois bien les choses : en revenant des Galapagos elles transitent par Guayaquil et prennent un vol le même jour que nous du même aéroport ; elles vers Amsterdam, nous pour le Mexique via Lima . On se régale de ces retrouvailles improbables qu’on s ‘est tous motivés à rendre possibles

On reste ensemble jusqu’au dernier moment Sandrine et Karine doivent décoller à 20h10 en direction d’ Amsterdam Et nous ce sera pour 20h10 à destination de Lima !!!!

On passe tranquillement les formalité de douane

Sauf que sauf que sauf que…. Juste avant l’embarquement Dame Glück est appelée par la sécurité pour faire un contrôle d’un de nos sacs à dos en soute. Pas facile pour Glück et les 3 mini-Glücks… d’autant que pendant ce temps tous les passagers de notre vol sont appellés pour embarquer. Va-t-on louper l’avion ? Alex et Loïc vont mettre l’ambiance car la situation les énerve un peu. D’autant que Papa Glück cette fois ne les bride pas (limite même s’il les encourage secrètement à dévaster les lieux). ça mettra un peu la pression aux douaniers 😉

L’attente sera longue très longue… Au bout d’une bonne heure Dame Glück ressort. Tout va bien !!! Elle aura attendu un bon moment seule de l’autre côté de la porte avant d’être amenée dans un dédale de sous-sols pour un double contrôle du sac : la LATAM puis la police. Tout ça pour vérifier du linge sale !!! Y sont fous ces douaniers ! Au final décollage presque à l’heure. On survole la ville de Guayaquil. Au revoir l’Equateur que nous avons tant apprecié

direction le Pérou, Lima pour une escale d’une nuit… Petite anecdote : au réveil le lendemain à Lima, Loïc posera cette question  : « on va retrouver Karine et Sandrine à l’aéroport ?!!!! » Nous  : « Ben , on espère les revoir un de ces jours mais aujourd’hui ça va être compliqué 🙂 »

A distance elle nous répondrons : « Vous êtes dans nos cœurs. Il est trop chou ce Loïc !!! On se retrouvera, c’est promis ».

5 réflexions sur « De Cuenca à Guayaquil »

  1. C’est bon de se sentir à nouveau en route avec vous! Quelle palette de couleurs cet Équateur !
    Des fruits,des fleurs, des sourires et du chocolat…pour Victor !😀

    Des camions! à faire rêver nos petits mécanos!

    Et en route ! Bamos!😀

  2. Victoire ! maman Glück est de retour, fini la contemplation des chapeaux de panama ! et embarquement (pas immédiat, je suis un peu en retard) sur ce cher blog qui nous balade à l’autre bout du monde et nous sort de notre quotidien
    Loïc ! dans les ruines de Pumapungo je t’ai pris pour LegoGlück avec ton T-shirt rouge !!! et je me rend compte que sur les photos tu avais encore un tout petit peu l’air d’un gros bébé ! tu as bien grandi depuis mon pote ! Je me rends compte que ça m’a manqué ces balades presque quotidiennes, je m’y étais tellement habituée que quand tu nous as planté là dans le magasin de chapeau, la vie a un peu perdu de son enchantement
    à très bientôt en avion, en taxi brousse, en vélo, vive les Glück autour de la planète

    1. Hola Jil et Popeye
      Es la vuelta de los Glücks! Legoglück is back!
      ça fait du bien de ré-ecrire nos zaventures et ça fait du bien de relire les commentaires.
      Les chapeaux Pananama ont été remplacées par les têtes réduites mais nos têtes à nous restent en place déterminées comme jamais.
      Hoy vamos en la ruta!!!!

      1. Òla les Glück’s, ça y est on est de nouveau sur les rails et je suis si ravie de retrouver le rythme du blog que quand il va commencer de toucher à sa fin (le moins vite possible), je crois que je vais vous mettre la pression pour que vous vous envoliez pour de nouvelles aventures ! (à mon avis y aura pas besoin de beaucoup de pression !). En tout cas les têtes réduites m’ont fait le même effet que quand je les avais découvertes à l’âge de 22 ans au musée d’histoire naturelle de NY. J’étais resté des heures la mâchoire pendante de stupéfaction, à imaginer ces sauvages qui devaient déjà avoir des gueules pas très appétissantes, mais avec en plus leurs ennemis vaincus pendus autour du cou avec cette expression horrible et leurs poils qui avaient continué à pousser ça devait être terrifiant… en plus ça devait être difficile d’avoir pas d’ennemi du tout, bouh quel cauchemar !!! j’espère que ça existe plus, quoique certains politiques mériteraient de ne subsister que sous cette forme, en plus du goudron et des plumes ! gros bisoux bien contemporains de notre époque somme toute pas si horrible quand on y pense😱🥶😰😓

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.