Découverte imprévue du Cimetière Maya de Hoctún

Mardi 10 avril 2018 : Après notre mini-séjour à Izamal, nous continuons notre périple mexicain en direction d’Uxmal.

C’est une période d’ébullition pour les mexicains : les élections présidentielles auront lieu en juillet prochain. Actuellement au Mexique l’état est en grande difficulté devant la montée du fédéralisme, de la corruption, et du narcotrafic, mais la population est pleine d’espoir. Ici dans le Yucatan, les gens sont en sécurité et on ne sent pas de tension particulière. En effet la Riviera Maya (les plages autour de Cancun) et son tourisme de luxe font rentrer de nombreuses devises au Mexique. Il est très important pour l’économie mexicaine de préserver cette région. Malheureusement, ce n’est pas le cas partout dans ce pays notamment au nord où la violence est encore mal contrôlée ( comme autour d’Acapulco).

Beaucoup de gentes n’ont pas les moyens d’être motorisés. La population Maya fait souvent partie des couches sociales les plus défavorisées du pays.

La religion tient une place importante dans la société

Ola que tal ? mais c’est le cousin de Mater !

Par hasard on s’arrête devant un cimetière original dans la petite ville de Hoctún .

Les tombes (des mausolées en fait!) sont presque toutes colorées et ont parfois la forme de niches, de maisons en paille traditionnelles du Yucatan, voire de façades d’églises, de pyramides antiques. Il y a même la tour latino-américaine de Mexico !

En video:

 

 

Presque toutes les tombes sont bien entretenues

Bon allez, on aime alors on se lâche un peu. On publie plein de photos. Ce cimetière est une vraie surprise pour nous. C’est émouvant. Et pas  âme qui vive à part  nous. La population locale fait la siesta à cette heure ci!

Au Yucatan, les jours consacrés aux fidèles décédés sont connus sous le nom de « Hanal Pixán », ce qui signifie en maya la nourriture des âmes. La croyance veut que les dieux mayas autorisent le défunt à entrer dans le plan terrestre et à vivre avec sa famille et ses amis pendant 30 jours.

Ah si  !!! Regardez là bas !!! Finalement, on repère un être vivant. Visiblement c’est lui qui entretient les lieux . On apprendra plus tard que c’est une figure locale nommée José Raymundo Chan, mais pour la plupart des gens, il s’agit de « El Muerto » (le Mort) même s’il est bien vivant.

C’est lui qui se charge de peindre les tombes avec les couleurs choisies par les familles. Et la plupart des mausolées c’est lui qui les a aussi construits. Apparemment, tout a commencé dans les années 1960 lorsqu’un membre de la famille a voulu égayer le site de son parent décédé. Et ainsi de suite. Les gens ont commencé à imiter et à mettre d’autres couleurs et d’autres touches personnelles, cela devenait une sorte de compétition.

 

 

 


Vamos !!! on reprend la route en direction de Uxmal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.